Nav view search

Navigation

Search

« CFA-DICTATURE-EXPLOITATION »: Un cercle vicieux de réduction en esclavage et de pauvreté générationnelle des peuples d’Afrique Francophone 

 

L’Histoire du franc CFA

 

Le franc CFA est une monnaie exclusivement Française qui a été créé en Décembre 1945 par la France, sous le général Charles De Gaulle. A la fin de la seconde guerre mondiale, l’économie française était devenue extrêmement faible, et la France voulait se servir des matières premières de ses colonies d’Afrique noire pour sa reconstruction. C’est ainsi que le franc CFA fut créé, avec uniquement l’objectif d’exploiter les colonies françaises d’Afrique. L'objet de cette monnaie était exclusivement pour maintenir le contrôle économique et monétaire des colonies françaises en préemption de leur indépendance.

 

Les pays du Maghreb, le Tunisie, le Maroc, l'Algérie avaient fortement rejeté l’offre  d'adopter cette monnaie, car ils estimaient que, utiliser une monnaie  coloniale –ou une monnaie étrangère—qui n’est pas le leurre portait atteinte à leur souveraineté et leur indépendance. 14 pays d’Afrique francophone, probablement par peur ou ignorance, ont accepté la monnaie coloniale sans résistance ni débat.

 

Où est-ce que la France eu-t-elle cette idée géniale ? Eh bien, quand l'Allemagne nazie a envahi la France, la première chose qu'elle fit était de saisir sa monnaie en créant un compte -pour la France - dans le trésor public Allemand. Ce compte était créé pour servir comme compte transactionnel pour toutes les activités économiques de la France avec l’extérieur. La France ne devait utiliser que ce compte pour toutes ses transactions financières externes. La deuxième chose que l'Allemagne nazie fut, c’était de dévaluer la monnaie française. La dévaluation permettait aux Allemands de dominer économiquement la France occupée. Avec ce schéma d’occupation en place, les Allemands pouvaient tout acheter à bas prix grâce à la faiblesse de la monnaie locale française dévaluée. Le système d’occupation permet essentiellement à l'Allemagne de mettre la France aux enchères à bas prix en Allemagne.

Donc, l'Allemagne nazie faisait deux choses: d'abord créer un compte dans le trésor public Allemand où toutes les transactions financières françaises sont faites, et la seconde, dévaluer la monnaie du pays occupé, en l'occurrence la France.

Ceci fut le «modèle d'occupation» économique que l'Allemagne nazie avait utilisée pour tous les pays qu'elle a occupé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Quand la France fut libérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, -- avec l'aide de quelques pauvres soldats africains qui ont versé leur sang, il faut l’ajouter, --  elle a immédiatement appliqué les leçons apprises de l'Allemagne à ses colonies d’Afrique noire.

Et en 1945, au traité de Bretton Woods, dans lequel les Africains n’étaient représentés - comme d'habitude -, la France a créé le franc CFA, comme une monnaie française à être utilisée exclusivement dans les colonies Française d’Afrique. Et s’inspirant sur le model d’occupation Allemand, elle a créé pour chacune des colonies, un compte au Trésor public français appelé "Comptes d'Opération". Le compte d’opération est le seul compte que ces colonies devaient utiliser pour toutes leurs transactions financières étrangères. Cela veut dire que, Si le Cameroun exportes se produits pétroliers, agricoles, forestiers et autres au monde, l'argent ne peut qu’être versé sur ce compte à Paris. Si le pays est accordé un prêt ou une aide financière,  l'argent doit être versé dans le "Comptes d'Opération". Le « Comptes d'Opération » est l’unique moyen de  traiter avec le monde, et la France est l’intermédiaire qui gère, contrôle et dirige toutes les transactions financières evec l'exterieur.

Si une colonie a besoin d'argent pour construire des routes, des écoles, des hôpitaux, des entreprises ou toute infrastructure d'une sorte, le projet doit être approuvé par la France, avant que l'argent du « Compte d’Opération »  est accordé à ce pays. Et quand ces pays sont devenus indépendants, --sur le papier -, ce mécanisme scandaleux et honteux d’ingérence à travers les « Comptes d’Opération » n’a pas changé.

Tous les combattants africains de la liberté de l'époque, tels que Um Nyobe, Ernest Ouandié, Patrice Lumumba et d'autres, qui ont tenté de revendiquer un changement dans ces accords injustes ont été impitoyablement assassinés. ---grâce aux divisions tribales en Afrique, l'homme blanc a juste besoin de monter la tribu  Haoussa contre le Bassa ou le Bamiléké, et les Africains vont s’entre tuer pour le servir.

Si un président d'une ex-colonie devenu indépendante  a besoin de payer ses fonctionnaires  et ses militaires, la France doit approuver le montant avant que l'argent ne puisse être retiré du "Comptes d'Opération".

Si un dictateur refuse de coopérer avec la France d’une manière ou d’une autre, eu bien, la France peut tout simplement refuser de lui donner de l’argent, et ainsi créer un chaos économique et social dans le pays. –comme dans le cas de Pascal Lissouba au Congo, et Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire--.

Si tout ceci vous semble familier, eu bien c’est parce que c’est notre réalité en Afrique francophone. Laurent Gbagbo a été chassé du pouvoir parce qu'il ne pouvait pas payer ses fonctionnaires et ses militaires pendant 6 mois, parce que la France a refusé de lui donner de l'argent pour payer son peuple et son armée. Pascal Lissouba du Congo - un président démocratiquement élu - a été chassé du pouvoir parce que la France refusait obstinément de libérer de l'argent pour payer les fonctionnaires et les militaires, et par conséquent, leurre minuscule économie s'est effondrée, incitant à un soulèvement populaire qui a conduit à son enlèvement du pouvoir. Et ensuite, le nègre préfèré de la France, Sassou Nguesso est revenu au pouvoir et a restauré tous les accords du maître Français.

La France contrôle la FrançAfrique à travers le CFA. C'est à cause du CFA que nos dictateurs sont éternellement subordonnés aux exigences de la France en échange de la promesse de rester au pouvoir éternellement, sans le consentement de leurs peuples. Une fois que vous devenez président dans un pays de FrancArique, la France, utilisant le CFA comme l’arme absolue, économique et monétaire vous sommet a ses ordres. Et si vous refusez, eh bien, la France refusera de vous donner l’argent pour gérer votre pays, et finira sans aucun doute par vous dégager du pouvoir. Les pays de la Françafrique constituent la matière première de la France, sa plantation, dont le dictateur africain en est le chef exécutif. Ces dictateurs servent exclusivement l’intérêt de la France et non celui de leurs peuples ». Le CFA est l'arme absolue de la France pour maintenir la FrancAfrique en état d'esclavage et en état de pauvreté générationnelle. C’est cette arme fatale qui a détruit tout espoir des peuples noire d’Afrique francophone.

Les Africains doivent absolument comprendre comment leurs pays sont gères et gouvernés. Votre président n'est là que parce que la France, qui détient son pouvoir le veut. Votre pays n'est pas indépendant économiquement et politiquement. Les peuples d’Afrique francophone ne sont pas souverains, ils ne peuvent pas choisir librement leurs dirigeants. La France vous dictera vos présidents sans respect aucun de votre constitution.

 

« Le cercle vicieux « CFA, DICTATURE, EXPLOITATION COLONIALE » est un réseau. Ses éléments sont inextricablement lies. L'un ne peut exister sans l'autre. Et le CFA est l’arme absolue de la France contre la FrancAfrique. »

 

« Le CFA est le maillon le plus faible du réseau, et c’est ce maillon qu'il faut supprimer pour libérer ces pays sous l’emprise de l’esclavage colonial Français. Le CFA est le cordon ombilical qui lie l’esclave au maitre. Et couper le cordon libèrera l’esclave. »

 

« Comprenez que sortir du CFA vous donne votre souveraineté économique et politique, mais aussi, supprimer le CFA c’est aussi une stratégie de libération pour votre pays de l’emprise de l’esclavage et de la pauvreté perpétuelle. »

 

Regardons de plus près ce que j’appelle « Le certificat de l'esclavage et de pauvreté générationnelle des peuples d’Afrique francophone », à savoir les accords de Bretton Woods.

Voici les 5 principes qui ont été rédigés dans l'accord de Bretton Woods quand le franc CFA a été créé :

1 - La création de "Comptes d'opération". C'est le compte créé par la France dans le Trésor public français qui détient tous les actifs des colonies/pays de la FrancAfrique. Il existe un compte pour chaque colonie. Toutes les transactions financières de la colonie/pays doivent passer par ce compte. La France est le propriétaire et le seul décideur de ce compte. Il y’a 14 administrateurs africains et deux administrateurs français à la BEAC et a la BCDAO, mais parce que chacun des administrateurs a le droit de veto, il suffit juste d’une seule voix française pour faire prévaloir la position de la France. La France détient au moins 50% de ce compte gratuitement. Ce pourcentage était de 100% à l’époque coloniale, puis réduit à 65% dans les années 70.

2 - La centralisation des réserves dans le Trésor français. Cette clause de l'accord prévoit que les revenus de nos exportations doivent, et ne peuvent être déposés que dans ce compte dans son intégralité. Et la France a automatiquement droit à 50%. Et ceci empêche --par example-- le Cameroun de négocier directement avec la Chine, le Nigeria ou l'Afrique du Sud, parce que tous les mouvements de capitaux doivent être négocié à Paris, France.

3 - La fixité des parités du franc CFA au franc français et l'euro. La parité fixe signifie que le CFA est rattaché au franc français ou l'euro et ceci de façon invariable. Sa valeur ne change pas quel que soit votre progression économique. Ce principe qui apparaître flatteur, est un très mauvais principe économique pour nos pays. Avec tous les pays de la FrancAfrique dans le même panier, le Cameroun, le Tchad et la République Centrafricaine sont considérés égaux à cet égard. Quand la France décide de dévaluer la monnaie comme ce fut le cas en 1994, le Cameroun et le Tchad ou la République Centrafricaine sont traités exactement de la même façon. C'est le principe de tous les esclaves sont égaux. Le principe du partage de la pauvreté en FrancAfrique.

4 - La convertibilité du franc CFA au franc français et l'euro. Le CFA ne peut être converti qu’en franc français et maintenant à l'Euro. Prenez le CFA en Russie, en Chine ou aux Etats-Unis (et même dans certains pays d'Afrique de l'Ouest) et personne ne les convertira pour vous directement. Toutes les transactions de conversion doivent impliquer la France d’une manière ou d’une autre. Lorsque vous envoyez un Western Union au Cameroun, soyez assuré que la transaction implique la France de manière discrète, que vous ne voyez pas.

5 – Le Libre transfert des capitaux entre les colonies et la France. Cette clause stipule que les entreprises françaises qui opèrent en Afrique peuvent transférer librement n’importe quel  montant entre les colonies/Pays et la France, et la France uniquement. Ce principe encourage la fuite des capitaux des colonies/pays vers la France. Lorsque ELF, TOTAL, BOLORE, et d'autres entreprises françaises exploitent notre pétrole, nos forêts, nos ressources naturelles, elles ont le droit de transférer leurs bénéfices et capitaux en entier an France a 100%. Elles n'ont pas à investir quoique ce soit au Cameroun, et même dans certains cas, elles refusent de payer les taxes comme dans le cas bien connu entre Ali Bongo et ELF au Gabon.

Mes chers frères, vous devez comprendre une fois pour toute que le CFA n'est pas votre monnaie. Le CFA est une propriété à part entière de la France, gérée exclusivement par la France, où elle est imprimée.

Malheureusement, les mécanismes de fonctionnement du franc CFA ne sont pas connus par la plupart des Africains. Le CFA ne fonctionne qu’à Paris. Les réserves en devises du Cameroun, les revenues de nos ressources pétrolières, nos produits agricoles, nos exportations sont toutes stockées en France, loin du regard et de la connaissance du peuple Camerounais, et le CFA est le maillon principal du réseau qui facilite cette flagrante injustice.

Votre président peut annoncer qu’une Université sera construite à Bamenda, une nouvelle autoroute sera construite entre Douala et Yaoundé, un nouveau pont sur ​​le fleuve Wouri, un nouveau port de mer à Kribi, une nouvelle centrale d'eau et d'électricité seront construites ici et là, et que le Cameroun sera émergent en 2035,  mais si la France qui détient notre porte-monnaie refuse cet avenir, eu bien, rien ne sera construit, parce que seule la France gère votre « Compte d’Opération » à Paris, et seule la France détient le carnet de poche de votre pays.

Mes chers compatriotes, voilà précisément pourquoi, après 50 ans d'indépendance, les pays de la FrancAfrique ne peuvent se développer. L'avenir de ces pays est décidé à Paris, en France, par des gens qui n’ont que du mépris pour vous, des gens qui ne vous respectent pas, qui ne vous aiment pas et qui n'ont aucun intérêt à vous voire vous développer et améliorer les conditions de vie de votre peuple et de vos enfants.

Donc, voilà la triste réalité de notre pays. Voilà le carnage dans lequel le CFA vous a placé. Le CFA est l'étau moderne qui étrangle l'homme de l'Afrique sub-Saharienne, le rendant impuissant et incompétent  sur la scène économique internationale. Le CFA est la seule monnaie qui n'est pas étudiée en France.Vous pouvez obtenir un doctorat en économie monétaire en France ou au Cameroun, et jamais on ne vous enseignera des mécanismes de fonctionnement de cette malédiction qu’est le franc CFA. Même les citoyens français n'ont aucune idée du fonctionnement de ce virus monétaire. Et quand ils l’apprennent, ils sont sidérés que les peuples africains ne se révoltent pas contre cette injustice flagrante.

Le CFA est un sombre secret, seulement connu par les élites du pouvoir français, ceux la même qui sont complices dans l'asservissement des peuples africains, au profit d’une France socialiste dont l'économie a gelé depuis plusieurs décennies. Nous, les Africains, à travers le franc CFA et les "Comptes d'Opération", nous finançons le mode de vie extravagant et socialiste du peuple français. Imagine la France, un petit pays sans ressources naturelles qui est toujours classé parmi les pays du G7, à travers le sang et les douleurs des peuples africains.

Renseignez-vous sur la CFA et partagez vos connaissances avec d'autres. Nous avons le devoir d’éduquer cette génération de Camerounais sur les vices qui ont détruit nos espoirs en tant que peuple Africain. Le changement ne viendra qu’avec un soulèvement populaire contre ce virus colonial qu’est CFA, cette malédiction, cette manille que la France a placé au coup du peuple d’Afrique noir Francophone depuis plus d’un demi-siècle.

Toute notre lutte pour la liberté, pour la souveraineté économique et politique, et pour la démocratie culmine sur ce seul point: La mort du CFA!

Mais la question qui vaut le million de dollars est la suivante : Comment ? Comment allons-nous chasser la France une fois pour toutes de notre vie ? Il s'agit d'un défi monumental et les peuples africains doivent commencer à s’y préparer pour ce combat. Ils doivent comprendre les enjeux. Ils doivent s'unir. Le Maître ne partira pas sans faire des victimes, mais il y’a des raisons d'être optimiste. Garder trois choses à l'esprit:

1 - L'Afrique est notre terre patrie. Nous avons l'avantage du jeu au sol. Si l'ennemi veut un combat, il devra le faire sur notre territoire.

2 - La monnaie d'un pays appartient a son peuple. Et en tant peuple Camerounais, nous avons le droit universel de décider de notre monnaie nationale. Nous avons le droit absolu de réclamer notre liberté. A travers l’Assemblée Nationale du Cameroun, nous, le peuple Camerounais, devons exiger que l'Assemblée Nationale, --qui est sensée représenter le peuple Camerounais - rédige et adopte un Project de loi qui supprime la CFA et crée une monnaie nationale Camerounaise pour le peuple camerounais. Et si un membre de l'Assemblée Nationale vote contre cette loi de libération et de souveraineté de notre pays, il doit être considéré comme un traître du peuple et du pays. Chaque parlementaire qui est patriotique et aime son pays doit voter pour une  monnaie nationale qui nous confère notre souveraineté économique et politique.

3 - Rien ne fait peur à un oppresseur qu’un pays uni, un peuple uni avec des connaissances et une stratégie. Et c'est précisément pourquoi nous devons transcender nos différences ethniques, tribales et linguistiques pour que ce plan réussisse. Nous devons être unis comme un seul peuple et un pays. Nous devons élire des hommes et femmes compétentes  à l'Assemblée Nationale avec l'ordre du jour à adopter un projet de loi qui supprime la CFA comme monnaie de notre pays et crée une monnaie nationale pour le peuple camerounais.

Nous avons beaucoup d'économistes camerounais et africains qui ont suffisamment de l’expérience en matière monétaire qui peuvent  conduire le processus de création d'une nouvelle monnaie. Nous pouvons nous inspirer du Nigeria avec son Naira, du Ghana avec son Cedi, de l’Afrique du sud avec son Rand, du Kenya avec son schilling. Nous pouvons aussi apprendre des échecs du Zaïre, causé par la gestion ridicule de Mobutu en 32 ans de pouvoir.

Créer une monnaie nationale n’est pas de la mer à boire au 21e siècle. Si le peuple du Rwanda peut le faire, il n'y a aucune raison que le Cameroun avec toutes ses ressources humaines ne puisse pas en faire autant.

Nous devons rester vigilants de ne pas laisser la France  nous diviser suivant des lignes tribales, et de créer un conflit interne entre nos peuples, comme l'histoire nous a appris encore et encore. Nous devons apprendre de nos échecs du passé. Notre unité est quintessentielle pour la réussite du plan.

Votre président, même si bien intentionné ne peut le faire tout seul, de peur de se faire liquider par la France. Seul le peuple Camerounais, à travers son Assemblée Nationale forte de 180 membres, peut mettre fin à cette horreur du franc CFA et supprimer ce virus monétaire une fois pour toute de notre existence. La France ne peut pas éliminer 180 parlementaires en même temps. C’est pourquoi ils doivent être unis.

Laurent Gbagbo a essayé de créer une monnaie Ivoirienne, mais a échoué en raison d'un peuple divisé et une divisée sur des bases tribales. Le peuple du Rwanda a réussi parce qu’il reste uni contre un ennemi commun. Donc, la clé du succès c’est d'avoir un peuple uni, une armée unie, un pays uni qui peut résister les falaises d'un maître mécontent et prêt à se battre si nécessaire.

La liberté n'est pas gratuite, elle doit être combattue pour et saignée pour --si nécessaire—sur cette terre des hommes. Nos ancêtres, Um Nyobe, Ernest Ouandie, Felix Moumie et autres ont combattu pour cette cause. Ils ont perdu. Et maintenant nous devrons à nouveau engager ce combat. Et cette fois, nous devons réussir, car si nous nous battons sans le courage d’aller jusqu’au bout, nous vivrons pour combattre éternellement pour la même cause.

En tant que peuple Camerounais, voulons-nous rester éternellement esclaves et pauvres, ainsi que nos enfants, ou voulons nous laisser un pays libres à la nouvelle génération Camerounaise, dont le président de la République en a confié l’avenir récemment ?

Les peuples du Maghreb, l'Algérie, Tunisie, Maroc - et d'autres – avaient choisi la liberté. En tant que peuple Camerounais, que choisissons-nous ? Ceci est la question centrale de cette génération de Camerounais et d’Africains. Ca dépend de nous !

 

Questions aux Africains : Pensez-vous vraiment qu’un groupe de blancs Français assis à Paris, gérant le CFA --qui est leur instrument essential d’exploitation—  va protéger les intérêts du negre en Afrique? Croyez-vous vraiment à cela ? Réfléchissez mes chers frères !

 

Points à retenir:

 

« Le cercle vicieux « CFA, DICTATURE, EXPLOITATION COLONIALE » est un réseau. Ses éléments sont inextricablement lies. L'un ne peut exister sans l'autre. Et le CFA est l’arme absolue de la France contre la FrancAfrique » --ANST--

 

« Le CFA est le maillon le plus faible du réseau, et c’est ce maillon qu'il faut supprimer pour libérer ces pays sous l’emprise de l’esclavage colonial Français. Le CFA est le cordon ombilical qui lie l’esclave au maitre. Et couper le cordon libère l’esclave. » --ANST--

 

« Comprenez que sortir du CFA nous donne notre souveraineté économique et politique, mais aussi, supprimer le CFA c’est aussi une stratégie de libération pour notre pays de l’emprise de l’esclavage et de la pauvreté perpétuelle. » --ANST--

 

«La FCA est l'arme absolue de la France contre la FrancArique. CFA est le principal maillon du cercle vicieux  « CFA, DICTATURE, EXPLOITATION COLONIALE » qui maintientl'esclavage et de la pauvreté générationnelle programmée des peuples africains. » - ANST -

 

« Nous, le peuple Camerounais devons exiger que l'Assemblée nationale, --qui représente le peuple du Cameroun-- adopte un Project de loi qui supprime le CFA et crée une monnaie nationale pour le peuple camerounais. Et si un membre de l'Assemblée nationale vote contre cette loi de souveraineté et de libération, il doit être considéré comme un traître du peuple et du pays. Chaque parlementaire qui est patriotique et aime son pays doit voter pour cette loi de monnaie « - ANST -

 

«C'est grâce au CFA que les dictateurs africains sont éternellement subordonnés à la France, en échange de pouvoir absolu et éternelle sur leur propre peuple. » - ANST -

 

«La FCA est le nœud moderne qui étranglé l'Afrique subsaharienne » - ANST -

 

« Toute notre lutte pour la souveraineté économique et politique, pour la liberté et la démocratie converge et culmine sur un seul point: la mort du CFA ! » - ANST --

 

Questions aux Africains : Pensez-vous vraiment qu’un groupe de blancs Français assis à Paris, gérant le CFA --qui est leur instrument essential d’exploitation—  va protéger les intérêts du negre en Afrique? Croyez-vous vraiment à cela ? Réfléchissez mes chers frères !

 

Powered by the ANST Fraternity Order

 

 

 

 

 

 

Add comment

Please opine responsibly. Be respectful of others even and especially when you disagree. Thanks,
 


Security code
Refresh